#CBC: « Le Canada d'abord? Marc Kennedy pense que nous exportons trop de connaissances en curling  » #Toronto #Montreal #Calgary #Ottawa #Canada

Advertisements:

THUNDER BAY, ONT. – Marc Kennedy est de retour à la place qu'il qualifie de « maison » – une piste de curling. Et pourtant, il ne s'est jamais senti aussi loin des draps de galets qu'aujourd'hui, assis sur un échafaudage à l'intérieur du Centre des tournois avec un iPad.

Cette semaine à Thunder Bay, Kennedy surveille les rochers et observe de près les équipes canadiennes alors qu'elles s'affrontent à la troisième étape de la saison en Grand Chelem.

Il s’agit de son nouveau poste de consultant en performance du programme de l’équipe nationale chez Curling Canada. Kennedy, l'un des plus grands joueurs de curling du pays, a brusquement quitté le match au printemps dernier, quelques semaines seulement après sa quatrième place aux Jeux olympiques avec le skip Kevin Koe.

« J'étais absent du jeu pendant environ quatre ou cinq mois cet été. Complètement absent », a déclaré Kennedy. « Même pas l'occasion de parler au curling, je me suis senti comme si j'avais perdu un membre. C'était la plus longue période d'absence du jeu dans ma vie. »

Et c'était nécessaire, selon Kennedy. Son corps est en désordre après avoir passé la moitié de sa vie à s'entraîner de manière obsessionnelle pour le sport qu'il aime.

Âgé de 36 ans et originaire de St. Albert, en Alberta, il était un perfectionniste du curling à tous points de vue. Il passait d'innombrables heures à lancer pierre après pierre. Il admet maintenant que c'était probablement à son détriment pour la santé. Sa hanche continue de lui causer des ennuis. Kennedy a embauché une nouvelle équipe de formateurs pour l’aider à se remettre en état. C'est une longue et lente mouture.

« Il y a un problème d'usure dans notre sport à l'avenir », a déclaré Kennedy. « L'entraînement pour certains aspects de notre sport pourrait être meilleur, surtout à un plus jeune âge. »

L’objectif pour Kennedy est maintenant de retrouver la santé. Alors, et alors seulement, il envisagera de poursuivre sa carrière de joueur.

« Personne n'appelle », dit-il. « J'ai reçu plus d'appels du côté des entraîneurs. Je pense que je peux donner beaucoup de choses de cette façon. »

Exporter, hein?

Plus que tout, le temps qu’il a passé loin du curling a permis à Kennedy de réfléchir à l’état de ce sport – une chose pour laquelle il n’a jamais eu le temps de passer tant il est en compétition.

Et quelque chose ne va pas bien avec lui.

Il pense que le Canada perd du terrain car il exporte davantage de ses entraîneurs et de son savoir-faire en curling à l'étranger.

« A mon avis, les équipes internationales sont devenues vraiment très bonnes avec notre aide », a-t-il déclaré. « Je n'aime pas voir notre savoir faire jouer au curling aller dans d'autres pays. »

Kennedy, à droite, et le capitaine Kevin Koe n’ont pas réussi à remporter une médaille aux Jeux olympiques de 2018. C'était la première fois qu'une équipe canadienne de curling se produisait. (Toby Melville / Reuters)

Le Canada n'avait jamais manqué un podium olympique en curling jusqu'à cette année, alors que c'est arrivé deux fois. Les équipes masculines et féminines n'ont pas réussi à remporter une médaille à Pyeongchang.

Kennedy veut s'assurer que cela ne se reproduise plus.

« Je pense que nous devrions mettre plus dans nos propres équipes. Alors peut-être que je l'ai pris personnellement, » dit-il.

C’est la raison principale pour laquelle Kennedy occupe ce poste au sein de Curling Canada cette saison. Il a déclaré que de nombreux entraîneurs et membres du personnel de l'instance dirigeante nationale du sport savaient que des changements devaient être apportés après la dernière performance olympique.

« Perdre vous oblige à le faire, à vous regarder dans le miroir », dit Kennedy. « Je pense qu'ils l'ont fait. Je pense qu'il n'y aura pas de panique mais de petits changements ici et là. »

Ils deviennent bons

Vous aurez du mal à trouver quelqu'un de plus passionné de curling que Kennedy. Il a vécu et respiré le jeu pendant des années. Et il a tout gagné pour gagner dans ce sport.

Il a remporté l'or olympique avec la patinoire de Kevin Martin en 2010. Il a remporté deux championnats du monde et trois Briers. Il essaie maintenant de partager ses connaissances en curling avec la prochaine vague de champions canadiens du curling.

« Les Jeux olympiques ont été une révélation de la qualité et du succès des équipes internationales », a-t-il déclaré. « Nous grandissons en espérant que nos équipes vont bien et avons également assumé un rôle de leadership pour aider d'autres équipes dans le monde à se développer. »

Mais Kennedy pense que ce rôle de leader aurait pu aller trop loin. Il est maintenant temps d'intensifier le jeu canadien, dit-il.

« Nous évoluons toujours et le jeu a tellement changé. La partie technique reste la plus grande partie. Lancer un rock pur et droit sera toujours la chose la plus importante. »

Tandis que Kennedy navigue dans ce nouveau rôle d’entraîneur, il essaie toujours de trouver son identité en dehors du curling. Il passe plus de temps que jamais avec ses deux enfants et sa femme.

« J'ai une bonne chose à la maison. Être loin d'eux a été difficile pendant longtemps », déclare Kennedy.

Et puis il y a toute cette quatrième place aux Jeux olympiques. Kennedy travaille toujours à travers cela. Il dit qu'il ne s'est jamais senti plus préparé pour un événement de sa vie, il ne regrette donc rien malgré les résultats décevants.

« Parfois, perdre se produit pour une raison et je ne changerais rien de cela », dit-il.

Pense-t-il toujours à ces jeux?

« Il y a quelques coups que j'aimerais avoir en retour. C'est la nature du curling. »

Alors, a-t-il encore une glissière dans sa carrière de curling?

« Pas de commentaire », dit-il avec un sourire.

Note: « Previously Published on: 2018-11-08 13:00:00, as ‘

<

pre>Le Canada d'abord? Marc Kennedy pense que nous exportons trop de connaissances en curling

‘ on CBC RADIO-CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

Advertisements:
CBC Radio-Canada

Copyright © CBC Radio-Canada. All rights reserved. Distributed by the PressOcean Media. Contact the copyright holder directly for corrections or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify the PressOcean as the publisher are produced or commissioned by the PressOcean Media. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.