#CBC: « Un mouvement dirigé par le Canada veut saisir les avoirs des dictateurs pour remédier à la crise des réfugiés  » #Toronto #Montreal #Calgary #Ottawa #Canada

Advertisements:

Un mouvement international dirigé par le Canada, étouffé par le flux de réfugiés, souhaite utiliser une source de trésorerie non exploitée pour faire face à la crise mondiale: les milliards de personnes croupissant dans les comptes en banque gelés des dictateurs et des despotes.

Cette proposition sera l’une des principales recommandations du World Refugee Council, un organe autoproclamé de deux douzaines de personnalités politiques, d’universitaires et de représentants de la société civile dirigés par l’ancien ministre des Affaires étrangères du Canada, Lloyd Axworthy.

« Nous avons avancé une proposition selon laquelle les actifs gelés devraient être dégelés au moyen d'un processus judiciaire approprié et réaffectés de manière à aider les victimes du crime, ainsi que la corruption et l'instabilité créées par les criminels », a déclaré M. Axworthy. « C'est un jeu de moralité. Les méchants doivent payer pour aider leurs victimes. »

La Banque mondiale estime que le volume de trésorerie disponible se situerait entre 10 et 20 milliards de dollars par an, a déclaré Axworthy.

Le conseil a été créé l'an dernier par un groupe de réflexion canadien, le Centre pour l'innovation dans la gouvernance internationale, afin de trouver de nouveaux moyens de faire face à la crise migratoire record du XXIe siècle – les 68,5 millions de personnes déplacées chassées de leurs foyers par la guerre, la famine et catastrophe.

L'ONU se penchera sur la résolution du problème lors d'une session extraordinaire plus tard cet automne, et le conseil entend y apporter sa contribution, en s'appuyant sur le poids du dernier ministre des Affaires étrangères canadien pour présider une réunion du Conseil de sécurité.

L'ONU a reconnu de manière frappante que le nombre de personnes sans abri et apatrides continuant de croître dans le monde entier, leur souffrance est augmentée du fait de la diminution de la masse d'argent disponible pour les aider.

« Les recettes sont mises pour le bien public »

Selon M. Axworthy, la manière dont les institutions mondiales sont mises en place pour faire face à la migration forcée sans précédent présente des défauts structurels fondamentaux, et l’un des plus importants est le mode de paiement des factures. Le système est basé sur la charité – les dons bienveillants de personnes, de pays et d'entreprises – et n'est pas durable, a déclaré Axworthy.

Dans un rapport publié en octobre par l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, il prévoyait réunir 55% des 8 milliards de dollars nécessaires pour soutenir les réfugiés et les personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays cette année.

M. Axworthy a déclaré que les tribunaux de plusieurs pays pouvaient être utilisés pour saisir des fonds qui avaient été gelés là-bas. Le Canada, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont tous adopté une loi leur permettant d'imposer des sanctions aux auteurs de violations des droits de l'homme. Ces « lois Magnitski » ont été nommées en l'honneur d'un comptable fiscal russe décédé en prison après avoir dénoncé une fraude massive commise par des agents de l'État.

Lloyd Axworthy, à gauche, se voit remettre la 30e médaille Pearson pour la paix par le gouverneur général David Johnston lors d'une cérémonie à Rideau Hall à Ottawa en mai 2017. (Fred Chartrand / Presse Canadienne)

Le monde pourrait commencer à dépenser les « dizaines de milliards de dollars dépensés dans une variété de banques et d’autres endroits, de l’argent des chefs de guerre, des méchants, des dictateurs, des autoritaires », a déclaré Axworthy.

Irwin Cotler, ancien ministre de la Justice libéral et avocat des droits de l'homme qui a défendu une législation à la Magnetsky, a déclaré dans un entretien séparé que ces lois pouvaient permettre d'aller au-delà du gel des fonds, car une fois les avoirs saisis, il ne sert à rien de les restituer. à leurs propriétaires corrompus.

« Ce que vous voulez faire, c'est que le produit de la vente soit utilisé pour le bien public », a déclaré Cotler, fondateur du Centre pour les droits de l'homme Raoul Wallenberg, basé à Montréal.

Précédent juridique

La première série de sanctions imposées par le Canada en vertu de la loi Magnitski visait des personnes en Russie, au Sud-Soudan et au Venezuela, y compris Nicolas Maduro, président de ce pays d'Amérique du Sud.

Le dernier rapport du conseil des réfugiés, publié le mois dernier, portait sur le déplacement de millions de personnes du Venezuela. Ce rapport exhortait les États-Unis à jouer un rôle de premier plan dans la saisie de milliards d'actifs « mal acquis » dans le pays, y compris les 2 milliards de dollars qui, selon le Département du Trésor américain, auraient été volés à la compagnie pétrolière publique vénézuélienne.

Fen Hampson, qui a co-rédigé le rapport et dirige le programme de sécurité mondiale du Center for International Governance Innovation, a suggéré aux gouvernements d’aller au-delà de leurs diverses lois Magnitski pour réutiliser les avoirs saisis de « Maduro et de certains de ses hommes de main. . aider les victimes et les pays hôtes qui se démènent face à la crise croissante des réfugiés et de la migration.  »

Regardez: la Russie contrariée par la loi Magnitski du Canada

La loi Magnitski, nommée en l'honneur d'un avocat et auditeur russe arrêté sur des accusations forgées de toutes pièces et décédée en prison, fait peser sur la Russie des représailles contre le Canada. La loi proposée cible les responsables d'atteintes aux droits humains et de corruption. 2:15

Selon le rapport, il existe un précédent juridique: une action civile contre le fils du dirigeant dictatorial de la Guinée équatoriale a abouti à un jugement de 30 millions de dollars, dont 20 millions ont ensuite été utilisés par une organisation caritative pour aider la population du pays.

Au Yémen, où la plupart des habitants de la ville portuaire de Hodeida ont été contraints de fuir vendredi alors que la guerre de trois ans menée par l'Arabie saoudite contre les rebelles chiites se poursuivait, le directeur de pays du Programme alimentaire mondial des Nations Unies a déclaré qu'un afflux massif d'argent est nécessaire pour réparer l'économie en difficulté et nourrir une population au bord de la famine.

Stephen Anderson a déclaré qu'il incombait aux autres, plus haut placés à l'ONU, de décider si cet argent devrait être siphonné du compte bancaire gelé d'un seigneur de la guerre.

« Nous sommes financés à 100% par des contributions volontaires », a déclaré Anderson. « Les problèmes économiques doivent être résolus de toute urgence car ils touchent toute la population du Yémen. Ils étaient les plus pauvres du Moyen-Orient avant le conflit, il n'y a donc pas de filet de sécurité ».

Note: « Previously Published on: 2018-11-10 18:29:07, as ‘

<

pre>Un mouvement dirigé par le Canada veut saisir les avoirs des dictateurs pour remédier à la crise des réfugiés

‘ on CBC RADIO-CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

Advertisements:
CBC Radio-Canada

Copyright © CBC Radio-Canada. All rights reserved. Distributed by the PressOcean Media. Contact the copyright holder directly for corrections or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify the PressOcean as the publisher are produced or commissioned by the PressOcean Media. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.