#CBC: « Les autorités fédérales et Irving demandent à un tribunal de commerce de contester un contrat de navire de guerre  » #Toronto #Montreal #Calgary #Ottawa #Canada

7.9 MTM Advertisements:

Le gouvernement fédéral et Irving Shipbuilding, basé à Halifax, demandent à un tribunal commercial de s’opposer à la gestion d’une compétition à gros enjeux visant à concevoir la nouvelle flotte de navires de guerre de la marine, dotée de 60 milliards de dollars.

Dans des observations distinctes adressées au Tribunal canadien du commerce extérieur, le ministère fédéral des Achats et Irving affirment que la contestation déposée par Alion Science and Technology, de Virginie, ne répond pas aux critères requis pour une audience devant un tribunal.

Alion faisait partie des trois sociétés, aux côtés du géant américain de la défense Lockheed Martin et de la société espagnole Navantia, en lice pour la conception des nouveaux navires de guerre, qui doivent être construits par Irving et servir de colonne vertébrale à la marine pendant la majeure partie du siècle.

Alors que Lockheed a été choisi comme soumissionnaire privilégié et négocie actuellement un contrat de conception final avec le gouvernement et Irving, Alion affirme que la conception de la société ne répondait pas aux exigences de la marine et aurait dû être disqualifiée.

Selon Alion, deux de ces exigences concernaient la vitesse du navire, tandis que la troisième concernait le nombre de postes d'amarrage pour l'équipage. Alion a demandé à la fois au tribunal du commerce et à la Cour fédérale d'arrêter tout accord avec Lockheed.

Mais le gouvernement et Irving affirment que le contrat est exempté des lois commerciales normales, que le tribunal est chargé de faire respecter, en raison d'une « exception de sécurité nationale », signifiant que le tribunal n'a « pas compétence pour mener une enquête ».

Selon eux, une autre raison pour laquelle la contestation devrait être annulée est qu’Alion n’est pas une société canadienne, ce qui est nécessaire pour pouvoir demander au tribunal d’examiner une plainte.

La plainte d’Alion a été officiellement déposée par sa filiale canadienne, mais le gouvernement et Irving affirment que cette filiale n’a jamais été qualifiée pour devenir un soumissionnaire de la concurrence – sa seule société mère américaine.

Les réponses du gouvernement et d'Irving constituent le dernier tournant du plus important achat militaire de l'histoire du Canada: 15 nouveaux navires de guerre seront construits pour remplacer les 12 frégates vieillissantes de la classe Halifax et 3 destroyers de la classe Iroquois déjà à la retraite.

Le mois dernier, le tribunal du commerce a ordonné au gouvernement de ne pas attribuer un contrat définitif à Lockheed avant que celui-ci n'enquête sur la plainte d'Alion. Il a annulé la commande après qu'un haut responsable des achats ait averti que la transaction était « urgente ».

Le service des achats n'a pas expliqué pourquoi la transaction est urgente.

Des travailleurs observent la proue d'un navire alors que l'ancien Premier ministre Stephen Harper s'adresse à la foule au chantier naval de Halifax, à Halifax, le jeudi 12 janvier 2012. (Andrew Vaughan / Presse Canadienne)

L'offre de Lockheed était controversée depuis le lancement du concours de design en octobre 2016.

Le gouvernement fédéral avait d'abord indiqué qu'il souhaitait un « modèle abouti » pour sa nouvelle flotte de navires de guerre, ce qui était largement interprété comme désignant un navire déjà construit et utilisé par une autre marine.

Mais les premières frégates de type 26, sur lesquelles reposait la proposition de Lockheed, viennent tout juste d’être construites par le gouvernement britannique et leur conception n’a pas encore été testée.

Des représentants de l'industrie se sont également plaints que le pont était favorable au Type 26 en raison des liens entre Irving et le constructeur britannique BAE, qui avait initialement conçu le Type 26 et s'était associé à Lockheed pour offrir le navire au Canada.

Irving, qui a travaillé avec le gouvernement fédéral pour choisir le meilleur design, s'est également associé à BAE en 2016 pour une offre finalement infructueuse visant à maintenir les nouveaux navires de patrouille et de ravitaillement dans l'Arctique de la marine.

Ce contrat de 35 ans a finalement été confié à une autre entreprise.

Gouvernement convaincu qu'il n'a rien fait de mal

Irving et le gouvernement fédéral ont rejeté à plusieurs reprises ces plaintes, affirmant avoir mené de nombreuses consultations avec l'industrie et utilisé divers pare-feu et dispositifs de protection pour garantir un choix parfaitement équitable.

Mais les initiés du secteur avaient depuis longtemps averti que la sélection de Lockheed comme meilleur enchérisseur, combinée à de nombreuses modifications apportées aux exigences et aux conditions de la concurrence après son lancement – y compris un certain nombre de prolongations de délai – allait déclencher des poursuites.

Les responsables gouvernementaux ont reconnu le mois dernier la menace de poursuites judiciaires, qui est devenue la tactique de prédilection des entreprises qui perdent des contrats de défense, mais ont exprimé leur confiance qu'ils seraient en mesure de se défendre contre une telle attaque.

Note: « Previously Published on: 2018-12-25 23:02:52, as ‘

<

pre>Les autorités fédérales et Irving demandent à un tribunal de commerce de contester un contrat de navire de guerre

‘ on CBC RADIO-CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

9.2 AAP MTM Advertisements:
CBC Radio-Canada

Copyright © CBC Radio-Canada. All rights reserved. Distributed by the PressOcean Media. Contact the copyright holder directly for corrections or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify the PressOcean as the publisher are produced or commissioned by the PressOcean Media. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.