#GlobalNews: « La taxe carbone de Trudeau sur l’essence n’incitera pas les Canadiens à opter pour des moyens de transport économes en carburant: sondage Ipsos – National « 

Advertisements:

La plupart des Canadiens sont d’accord pour dire qu’il faut faire plus pour lutter contre le changement climatique, mais il faudra beaucoup plus que la taxe sur le carbone du gouvernement fédéral pour qu’ils abandonnent les véhicules énergivores.

C’est l’une des principales conclusions d’un sondage réalisé par Ipsos auprès de 2 001 Canadiens et menée entre le 7 et le 12 décembre, selon lequel il était décourageant que les Canadiens acceptent le changement climatique comme un problème et s’ils sont prêts à subir des pertes financières pour aider le gouvernement s'attaquer.

LIRE LA SUITE: La Chambre de commerce du Canada affirme que la taxe sur le carbone est le moyen le plus intelligent de cibler l'augmentation des émissions

Selon un sondage réalisé exclusivement pour Global News, moins d’un Canadien sur cinq estimait que des prix de l’essence compris entre 1,00 et 1,25 dollar le litre les inciteraient à passer à une voiture plus économe en carburant ou à trouver d’autres modes de transport.

Cette fourchette indique où les prix du gaz pourraient fluctuer si la taxe sur le carbone suggérée par le gouvernement fédéral pour 2019, de 4,42 cents le litre, était appliquée aux prix du gaz actuels.

Les prix moyens de l'essence en Ontario, au Québec et en Alberta – les provinces comptant le plus d'immatriculations de véhicules automobiles – s'élevaient respectivement à 98,1 cents, 1,08 $ et 92,2 cents le litre au jeudi 27 décembre, selon l'Autorité canadienne de l'automobile. Si la taxe sur le carbone de 4,42 cents / litre devait être ajoutée aujourd'hui, les prix de l'essence ne seraient que suffisamment élevés pour que 18% des personnes interrogées optent pour des voitures ou des modes de transport moins énergivores.

WATCH: Les conservateurs remettent en cause le prix final de la taxe sur le carbone






La fourchette de prix de l'essence qui, selon la plupart des Canadiens, les inciterait à repenser leurs choix de véhicules serait de 2,00 $ à 2,25 cents le litre, mais cela nécessiterait un doublement des prix actuels, en plus de la taxe sur le carbone ajoutée.

«Étant donné le prix de l'essence au litre aujourd'hui, nous avons encore énormément à faire avant que les gens atteignent le niveau de prix qui les oblige à envisager sérieusement une autre option», a déclaré Darrell Bricker, PDG d'Ipsos Global Affairs.

« La vérité est qu'ils ne sont même pas sur le point de l'examiner maintenant. »

LIRE LA SUITE: La France a réduit sa taxe sur le carbone après des émeutes meurtrières. Voici comment il se compare au Canada

Bricker a ajouté que les ventes de voitures électriques au Canada sont également un baromètre instructif, observant que les ventes ont augmenté « mais qu’elles n’ont pas atteint le niveau auquel elles devraient avoir pour ajuster leur empreinte carbone au Canada. »

WATCH: Les dernières et meilleures voitures électriques que vous pouvez acheter maintenant






Le gouvernement Trudeau se trouve face à un dilemme: des prix de l’essence compris entre 2,00 $ et 2,25 cents le litre ne convaincraient pas seulement 30% des Canadiens de passer à un mode de transport économe en carburant, ils pourraient également convaincre de nombreux Canadiens de rejeter les libéraux.

«La sanction à laquelle une personne pourrait être confrontée, en particulier dans le cas où un gouvernement augmente [the carbon tax] à un niveau auquel il devrait parvenir pour que les gens envisagent une autre option, est probablement quelque chose qui les mettrait en danger politiquement », a déclaré Bricker.

«C’est l’un des problèmes persistants auxquels le gouvernement fédéral est confronté à cet égard. Le niveau de priorité qu’ils semblent accorder à [climate change] est supérieure à la priorité que les Canadiens lui accordent.  »

En effet, seulement 19% des répondants ont choisi le changement climatique parmi les trois questions qui, selon eux, sont les plus susceptibles d’influencer leurs décisions de vote lors des élections fédérales de l’année prochaine. Les soins de santé (32%) étaient au premier rang des préoccupations, suivis des impôts (30%) et de l’économie (27%).

LIRE LA SUITE: Un sondage d'Ipsos révèle que les libéraux ont un avantage en 2019 et que les conservateurs ont besoin d'une chute de Trudeau

Ce n’est pas parce que les Canadiens ne considèrent pas le changement climatique comme un problème important.

Soixante-quinze pour cent des répondants ont déclaré que le Canada devait faire plus pour lutter contre le changement climatique, tandis que la même proportion a également déclaré que le Canada avait l'obligation de jouer un rôle de leader dans la lutte mondiale contre le changement climatique.

Cependant, 61% ont déclaré craindre que les solutions au changement climatique ne causent des difficultés économiques.

LIRE LA SUITE: L'ONU affirme que le Canada doit réduire ses émissions de moitié en 12 ans pour atteindre ses nouveaux objectifs

«Les Canadiens sont très en conflit, en particulier lorsque nous nous retrouvons dans la situation de« Qu'est-ce que cela va me coûter personnellement? », A déclaré Bricker. « Lorsque cela devient une question de premier plan – une préoccupation qui concerne mon compte bancaire et mon coût de la vie -, tout d'un coup, vous voyez des gens commencer à freiner. »

À cette fin, le gouvernement Trudeau a annoncé un programme de rabais en conjonction avec son régime de taxe sur le carbone en octobre; Bricker a déclaré qu'il restait à voir si ce serait un succès.

WATCH: Comment fonctionnent les paiements incitatifs à l'action climatique






Les répondants habitant au centre-ville – que ce soit à Toronto, Montréal ou Vancouver – avaient tendance à être plus préoccupés par le changement climatique que les personnes vivant en banlieue et dans les zones rurales des petites villes, a révélé Bricker.

Il a ajouté que les électeurs des banlieues, qui n’ont souvent pas le moyen de se rendre au travail sans utiliser leur voiture, sont sur le point de jouer un rôle clé dans la décision de conférer un second mandat à Trudeau.

« Quand vous regardez qui sont les personnes qui pourraient être les plus persuasives de la campagne électorale, ce sont des gens qui vivent dans les banlieues des grandes villes », a déclaré Bricker.

«Les seuls groupes actifs dans la politique canadienne à l'heure actuelle – en réalité – sont les banlieusards. Ceux qui ont le plus de chances de faire appel à eux sont donc ceux qui ont les meilleures chances de gagner la campagne électorale. « 

LIRE LA SUITE: Selon un rapport, la tarification du carbone coûtera de l'argent aux Canadiens, mais cela pourrait aussi leur en rapporter beaucoup plus

Donc, si les taxes sur le carbone ne semblent pas suffire à convaincre les Canadiens d’envisager des modes de transport plus écologiques, quoi d’autre?

«Pratiquement rien à ce stade du jeu», a déclaré Bricker.

REGARDER: La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, présente des mises à jour du plan climatique du Canada






Il a ajouté qu’il ne s’agissait pas d’un problème uniquement centré sur le Canada, mais reflétait l’opinion du monde. Dans le dernier sondage mondial d’Ipsos auprès de 25 pays, le changement climatique se classait 14e sur la liste des 17 problèmes les plus importants.

«Le problème est que le niveau d'inquiétude du public n'est pas suffisamment élevé pour permettre la prise de certains de ces choix de politique publique plus difficiles», a déclaré Bricker. « Donc, si vous demandez à quelqu'un de payer le prix fort, ce n'est pas seulement le Canada où les gens disent: » Attendez une seconde, je ne pense pas que je suis prêt pour cela.  »

« La plupart des gens ont le même sentiment. »

Telles sont les conclusions d'un sondage Ipsos mené exclusivement pour Global News. Un échantillon de 2 001 Canadiens âgés de 18 ans et plus a été échantillonné du 7 au 12 décembre 2018 par l'intermédiaire du panel d'Ipsos I-Say et de sources autres que des panels. Des quotas et une pondération ont été utilisés pour s'assurer que l'échantillon reflète celui de la population canadienne par région, l'âge et le sexe selon les données du recensement canadien. La précision des sondages en ligne Ipsos est mesurée à l'aide d'un intervalle de crédibilité. Dans ce cas, les résultats du sondage sont considérés comme précis à +/- 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20, de ce qu'ils seraient si tous les adultes canadiens avaient été interrogés.

© 2018 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Note: « Previously Published on: 2018-12-27 18:11:22, as ‘

<

pre>La taxe carbone de Trudeau sur l’essence n’incitera pas les Canadiens à opter pour des moyens de transport économes en carburant: sondage Ipsos – National

‘ on GLOBALNEWS CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

Advertisements:
Global News Canada

Copyright © 2017 Global News, a division of Corus Entertainment Inc. Corus News. All rights reserved. Distributed by PressOcean Global Media (pressocean.com). Contact the copyright holder directly for corrections — or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify PressOcean.com as the publisher are produced or commissioned by PressOcean. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.