#GlobalNews: « Trudeau interrogé sur un contrat d'armes avec l'Arabie saoudite lors d'une séance publique « 

Advertisements:

Lors d’une assemblée publique à l’Université de Regina, en Saskatchewan, des habitants ont interrogé le Premier ministre Justin Trudeau à propos d’un contrat d’armement entre le Canada et l’Arabie saoudite, malgré les critiques véhémentes du Canada quant à la violation des droits de l’homme par le royaume.

La réponse de Trudeau était conforme à celle qu’il avait donnée dans le passé lorsqu’on lui a posé des questions sur cette question: le gouvernement fédéral s’attaque aux détails d’un contrat complexe de 15 milliards de dollars canadiens signé par les conservateurs de Harper et continuera à défendre les droits de l’homme.

WATCH: Les 24 premières heures de la querelle entre le Canada et l'Arabie saoudite ont laissé les Canadiens en colère






«Le Canada a été très clair sur les questions relatives à l'Arabie saoudite et à ses préoccupations en matière de droits de la personne», a déclaré Trudeau.

Il a ajouté que « le Canada, sous le gouvernement précédent, a signé le contrat de vente de ces véhicules blindés légers à l'Arabie saoudite », et a laissé entendre que le gouvernement cherchait un moyen de sortir de l'accord.

Cependant, il a noté que le gouvernement est également confronté au défi des emplois à London, en Ontario, garantis par l’accord de vente d’armes entre les deux pays et en veillant à ce que les personnes qui occupent ces emplois ne soient pas trop touchées.

LIRE LA SUITE:
«Il reste encore beaucoup de travail à faire»: Trudeau est confronté à davantage de questions sur les droits des autochtones, les pipelines au cours de la Colombie-Britannique. visite

Il a également ajouté que sa liberté de discuter même de l'accord était limitée, du fait que des restrictions concernant la discussion des termes étaient intégrées au contrat.

«Je ne peux même pas parler du contrat beaucoup plus que ce que je suis déjà», a déclaré Trudeau.

L’Arabie saoudite a été la cible de tirs au cours des derniers mois pour le meurtre de l’ancien Washington Post le journaliste Jamal Khashoggi au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. L’été précédent, le Canada s’était retrouvé dans une dispute diplomatique avec le royaume après avoir critiqué le traitement qu’il avait réservé à une militante des droits des femmes.

WATCH: Le Canada sanctionne 17 Saoudiens liés au meurtre de Khashoggi





Lors de la période de questions de CTV dimanche, Trudeau a donné la plus forte indication à ce jour que le gouvernement canadien est sur le point de mettre fin au contrat.

«Nous travaillons avec les permis d’exportation pour essayer de voir s’il est possible de ne plus exporter ces véhicules en Arabie Saoudite», a déclaré Trudeau.

Trudeau a reçu plus d’une question sur les relations entre le Canada et l’Arabie saoudite jeudi soir.

REGARDER: Le Canada se prépare pour les prochaines étapes contre l'Arabie saoudite





Une femme a demandé au premier ministre pourquoi le Canada achetait du pétrole saoudien. Il est important de noter qu'entre 2007 et 2017, Statistique Canada rapporte que le Canada a importé au total 20,9 milliards de dollars canadiens d'huiles de pétrole saoudiennes.

Trudeau a supposé que l’interrogateur faisait référence aux gros titres des derniers mois indiquant que l’approvisionnement en pétrole du Québec provenait principalement de l’Arabie saoudite. En réponse, Trudeau a commencé à démystifier ce qu'il a appelé «désinformation».

“C'est faux. Le Québec tire son pétrole des États-Unis et de l’Ouest canadien », a déclaré Trudeau. «Le Québec a tiré trois fois plus de pétrole des sables bitumineux que jamais auparavant.»

MONTRE: Justin Trudeau démystifie «la désinformation» sur l’origine du pétrole au Québec





Selon un économiste de l'énergie, le Canada pourrait facilement remplacer son approvisionnement en pétrole saoudien s'il le fallait.

Les raffineries de l'est du Canada importent environ 75 000 à 80 000 barils de brut d'Arabie Saoudite par jour, a déclaré Judith Dwarkin, économiste en chef du RS Energy Group à Calgary.

Cela représente moins de 10% des importations totales et une « chute dans le seau » par rapport aux États-Unis, a-t-elle déclaré à la Presse canadienne, qui représente les deux tiers des importations et pourrait facilement couvrir la part de l'Arabie saoudite grâce à la croissance de la production nationale .

LIRE LA SUITE:
Le Canada peut facilement remplacer le pétrole brut saoudien, selon un économiste

Trudeau a également reçu des questions sur la taxe sur le carbone, le pipeline Trans Pacific, les droits d'inscription pour les étudiants internationaux, l'immigration et le marché de l'habitation.

– Avec des dossiers de la presse canadienne.

© 2019 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.

Note: « Previously Published on: 2019-01-11 07:01:11, as ‘

<

pre>Trudeau interrogé sur un contrat d'armes avec l'Arabie saoudite lors d'une séance publique

‘ on GLOBALNEWS CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

Advertisements:
Global News Canada

Copyright © 2017 Global News, a division of Corus Entertainment Inc. Corus News. All rights reserved. Distributed by PressOcean Global Media (pressocean.com). Contact the copyright holder directly for corrections — or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify PressOcean.com as the publisher are produced or commissioned by PressOcean. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.