#CBC: « Le Canada perçoit 839 millions de dollars de droits de douane sur l'acier et l'aluminium, mais l'aide au secteur est essentiellement non dépensée  » #Toronto #Montreal #Calgary #Ottawa #Canada

7.9 MTM Advertisements:

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a déclaré cette semaine à un intervieweur à Davos que, une fois que les États-Unis abandonneraient leurs tarifs sur l'acier et l'aluminium, le Canada le fera aussi « 30 secondes plus tard ».

Jusqu'à ce que ce jour arrive, la taxation supplémentaire est assez lucrative pour le gouvernement fédéral. Selon Finances Canada, 839 millions de dollars ont été recueillis au cours des six mois précédant le 31 décembre par des mesures de rétorsion appliquées aux importations de produits américains en acier, en aluminium et autres.

Le Canada n'a pas commencé ce créneau tarifaire et chaque premier responsable canadien déclare par son Premier ministre qu'il souhaite que cela se termine. Les tarifs douaniers des deux côtés de la frontière ont perturbé les chaînes d'approvisionnement et engendré des coûts supplémentaires pour les consommateurs et les entreprises d'un large éventail de secteurs.

Quoi qu'il en soit, les nouveaux revenus devraient atteindre le milliard de dollars d'ici que le ministre des Finances, Bill Morneau, dépose son dernier budget pré-électoral, ce printemps.

Et ce chiffre n'inclut pas la surtaxe de 25% perçue actuellement sur sept catégories d'importations d'acier en provenance de pays autres que les États-Unis (les pays avec lesquels le Canada a conclu un accord de libre-échange sont pour la plupart exemptés, bien que certaines catégories d'acier mexicain aient été incluses. )

Cette surtaxe des « garanties d’urgence » vise à empêcher les aciers étrangers bon marché délogés du marché américain de perturber les chaînes d’approvisionnement au Canada.

Finances Canada a déclaré vendredi à CBC News qu'il était trop tôt pour déclarer les revenus générés par les mesures de protection.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, vu commencer un processus de sauvegarde d'urgence pour protéger l'industrie sidérurgique du Canada lors d'une conférence de presse à Hamilton l'été dernier, doit décider plus tard ce printemps de maintenir ou non des surtaxes sur les importations étrangères d'acier. (Peter Power / Presse Canadienne)

Les audiences sur le bien-fondé d'étendre ces sauvegardes au-delà de la période de 200 jours annoncée par Morneau en octobre se sont terminées jeudi après-midi devant le Tribunal canadien du commerce extérieur. Les producteurs nationaux d'acier ont affirmé que ces sauvegardes étaient nécessaires pour empêcher une montée d'acier étranger, tandis et les fournisseurs étrangers se sont demandé s'il existait des preuves solides que ces importations constituaient une menace réelle.

Le support prend plusieurs formes

Avant le début des mesures de rétorsion en juin dernier, le gouvernement libéral a annoncé une aide de 2 milliards de dollars au secteur de la sidérurgie et de l'aluminium – afin de reconnaître l'impact des tarifs sur les entreprises et de compenser toute impression de coffres fédéraux tirant profit de la misère commerciale transfrontalière.

Six mois plus tard, seule une petite partie de cette aide a été allouée. Et parce qu’une grande partie de cela prend la forme d’un financement remboursable, à long terme, le coût pour le gouvernement risque de ne pas être comparable à la valeur des recettes douanières qu’elle rapporte.

L'aide gouvernementale aux secteurs de l'acier et de l'aluminium comprenait:

  • 250 millions de dollars du Fonds d'innovation stratégique administré par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) Canada, réservés aux entreprises d'acier ou d'aluminium qui ont besoin de financement pour de nouvelles dépenses en immobilisations ou d'autres « investissements en innovation ».
  • Un financement de 800 millions de dollars de la Banque de développement du Canada, disponible pour aider les entreprises à pénétrer de nouveaux marchés, à améliorer leur efficacité ou à mettre à niveau leur technologie et leur équipement.
  • Un financement de 900 millions de dollars provenant d'Exportation et développement Canada est disponible pour fournir un soutien supplémentaire au fonds de roulement des entreprises et contribuer à atténuer les investissements à risque élevé.

À ce jour, le Fonds d'innovation stratégique n'a fait que deux annonces concernant l'aide aux entreprises du secteur de l'acier ou de l'aluminium.

En octobre, un financement remboursable de près de 50 millions de dollars a été attribué à ArcelorMittal Canada Inc., qui modernise actuellement ses usines de Hamilton et de Contrecoeur, au Québec. Et plus tôt ce mois-ci, ISED a annoncé que Algoma Steel Inc. à Sault Ste. Marie, Ont., Recevrait un financement remboursable de 30 millions de dollars de ce fonds, ainsi que 60 millions de dollars supplémentaires de FedDev Ontario, à la suite de la protection contre la faillite et de la restructuration de ses activités.

Pris ensemble, ceux-ci représentent moins d'un tiers de l'argent disponible auprès d'ISED. Bien que ce fonds ait des critères pour allouer des contributions remboursables et non remboursables, ces deux sociétés sidérurgiques ont obtenu un financement remboursable.

Au 31 décembre, BDC avait autorisé 397 prêts, d'une valeur légèrement supérieure à 255 millions de dollars sur les 800 millions de dollars annoncés.

Pour sa part, EDC a déclaré à CBC News qu’elle avait soutenu 26 entreprises des secteurs de l’acier et de l’aluminium, fournissant 169,1 millions de dollars en financement, cautionnement et assurances.

Bien que cela soit bien en deçà des 900 millions de dollars annoncés, la porte-parole, Jessica Draker, a écrit: « Nous nous attendons à ce que nous continuions à l'utiliser à court terme, à la lumière du climat commercial ».

Étant donné que les services fournis par ces sociétés d'État peuvent être des prêts ou des produits d'assurance fournis à des conditions commerciales, ils ne sont ni annoncés ni divulgués au public, ce qui rend difficile le suivi exact des bénéficiaires de l'aide fédérale ou de quoi d'autre. ampleur.

Sault Ste. Marie, Terry Sheehan, députée, et le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, ont rencontré des métallurgistes à Sault Ste. Marie plus tôt ce mois-ci, alors qu'un nouveau financement avait été annoncé pour Algoma Steel Inc. (Fourni / Terry Sheehan)

Les 2 milliards de dollars restants ne visaient pas les producteurs nationaux. Le service des délégués commerciaux d'Affaires mondiales Canada reçoit un nouveau financement de 50 millions de dollars.

En outre, 50 millions de dollars ont été mis à la disposition des provinces pour des programmes de formation à l'intention des employés déplacés. Un montant supplémentaire de 25 millions de dollars pourrait financer des prolongations temporaires d’ententes de travail partagé pour atténuer les pertes d’emploi.

États-Unis plus ouverts aux exemptions

Certaines exemptions sont possibles pour ces tarifs; ce sont aussi difficiles à suivre.

Un montant maximal de 285 millions de dollars pourrait être remboursé aux entreprises concernées, mais les demandes de dérogation sont approuvées par un comité interministériel fédéral, selon les critères suivants:

  • un manque d'approvisionnement sur le marché intérieur, que ce soit au niveau national ou régional – ne laissant d'autre choix que d'importer.
  • les contrats antérieurs au 31 mai 2018 exigeant l’utilisation d’acier ou d’aluminium américain (comme les exigences auxquelles sont soumis les entrepreneurs de défense).
  • d’autres circonstances exceptionnelles qui risquent d’avoir de «graves répercussions négatives» sur l’économie canadienne.

CBC News a demandé combien de ces 285 millions de dollars avaient été remboursés jusqu'à présent, mais le ministère des Finances a déclaré vendredi que les données n'étaient pas encore disponibles. Auparavant, le gouvernement ne divulguait pas quelles entreprises bénéficiaient d'exemptions, pour quelles raisons ou pour quels montants.

Un montant inférieur – 18,5 millions de dollars – peut être annulé dans le cadre du programme de report des tâches de l'Agence des services frontaliers du Canada.

« Les demandes d'allégement de la surtaxe sont en cours d'évaluation », a déclaré cette semaine un porte-parole de Finances Canada à CBC News.

Les entreprises concernées peuvent également demander des exemptions des tarifs américains. Au cours des premiers mois, le processus de dérogation américain a été qualifié d’arbitraire et de « foiré » alors que les aciéries américaines ont fait pression sur le département américain du Commerce pour qu’il rejette certaines demandes de dérogation.

Avant la fermeture du gouvernement américain en décembre, des informations parues dans les médias à Washington ont révélé que le département du Commerce avait reçu près de 57 000 demandes d'exemptions des droits de douane sur l'acier et plus de 7 000 demandes d'exemptions concernant l'aluminium. Près de 14 000 exemptions ont été traitées et accordées pour le tarif de 25% pour l’acier aux États-Unis et un peu plus de 900 exemptions ont été approuvées pour le tarif de 10% pour l’aluminium.

Note: « Previously Published on: 2019-01-27 12:00:00, as ‘

<

pre>Le Canada perçoit 839 millions de dollars de droits de douane sur l'acier et l'aluminium, mais l'aide au secteur est essentiellement non dépensée

‘ on CBC RADIO-CANADA. Here is a source link for the Article’s Image(s) and Content ».

9.2 AAP MTM Advertisements:
CBC Radio-Canada

Copyright © CBC Radio-Canada. All rights reserved. Distributed by the PressOcean Media. Contact the copyright holder directly for corrections or for permission to republish or make other authorized use of this material... Articles and commentaries that identify the PressOcean as the publisher are produced or commissioned by the PressOcean Media. To address comments or complaints, please Contact us.

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.