#CBC: « Le Service correctionnel du Canada a recours à un équipement de détection pour lutter contre les drones de contrebande « . #Politics #PressOcean

7.9 MTM Advertisements:

Les prisons fédérales canadiennes disposeront bientôt d'une nouvelle arme contre une menace d'en haut: des drones acheminant des drogues, des téléphones cellulaires et d'autres objets de contrebande dangereux à l'intérieur des murs de la prison.

Le Service correctionnel du Canada consacrera 6 millions de dollars à l’installation d’équipements de détection de drones par radar dans six installations à la suite d’un pic d’incidents impliquant des drones.

Des membres du personnel ont rapporté avoir trouvé des fragments de drones dans l'enceinte de la prison ou des engins aériens sans pilote volant au-dessus des installations pénitentiaires la nuit.

Ghislain Sauvé, directeur général du Service correctionnel du Canada, a déclaré à CBC News que le service pénitentiaire ripostait.

« Nous voulons éliminer au maximum les produits de contrebande entrant dans nos établissements », a déclaré M. Sauvé. « Il est de plus en plus courant d'observer des drones au-dessus d'institutions. Nous observons de plus en plus fréquemment qu'ils abandonnent des colis. »

Sauvé n'a pas divulgué les chiffres exacts, mais a déclaré que depuis 2015, le Service correctionnel du Canada avait connu une hausse des incidents impliquant des drones.

L'agence fédérale a lancé un appel d'offres invitant les entreprises à soumissionner pour un contrat portant sur la construction d'un système radar permettant de détecter les drones en l'air et les paquets jetés par-dessus les murs et les clôtures de la prison.

Ghislain Sauvé est directeur général au Service correctionnel du Canada. (Marc Robichaud / CBC)

L'équipement doit être installé à titre d'essai dans six des 43 établissements du Service correctionnel du Canada – à Dorchester, N. B., Mission, C.-B., et Collins Bay, en Ontario, et à Cowansville et Donnacona, au Québec.

M. Sauvé a déclaré que les installations au Québec avaient signalé le plus grand nombre d'incidents impliquant des drones.

L’objectif est de faire fonctionner le matériel de détection dans un établissement d’ici à mars 2020, puis dans les cinq sites restants d’ici à mars 2022.

'Industrie massive en croissance'

Version2, une société basée à Ottawa qui développe une technologie de détection de drones, signale une augmentation de la demande pour ses services.

Le président Peter Jones a déclaré que la plupart de ses clients étaient des organismes chargés de l'application de la loi qui ne souhaitaient pas que les criminels ou le grand public espionnent des opérations de police ou des scènes de crime.

M. Jones a déclaré que les aéroports s'intéressaient également à cette technologie. Une vague d'observations de drones a immobilisé des vols à l'aéroport de Gatwick à Londres au plus fort des voyages de Noël en 2018.

« C'est une industrie incroyablement massive qui se développe », a déclaré Jones. « Vous pouvez tout obtenir, des petits détecteurs, comme le nôtre, aux systèmes gigantesques de tous les principaux fabricants de matériel de défense, qui coûtent des millions ou des dizaines de millions de dollars. »

Le système de Jones, qui peut être installé de manière permanente ou portable, détecte les ondes radio émises par des drones dans un rayon de quatre kilomètres. Un programme basé sur un navigateur Internet émet une alerte sonore et montre aux utilisateurs sur une carte où le drone vole.

Peter Jones installe une antenne sur sa voiture le 4 juin à Ottawa. Son entreprise, Version2, développe une technologie de détection de drones. (David Thurton / CBC)

Armes par drone-drop

Le syndicat qui représente les travailleurs dans les pénitenciers fédéraux tire la sonnette d'alarme au sujet des drones et des drogues illégales entrant dans les prisons depuis des années. Jeff Wilkins, président national du Syndicat des agents de correction du Canada, a déclaré que les drogues stimulaient les interactions violentes entre les détenus et les gardiens de prison.

Wilkins a déclaré craindre que les drones ne commencent à livrer des armes, des munitions et des explosifs à l'intérieur des murs.

« Il y a aussi le potentiel que la charge utile des drones peut être encore plus grande », a déclaré Wilkins. « Et des armes pourraient être introduites à l'intérieur. »

Il a déclaré que son syndicat surveillera les résultats du projet pilote.

Jeff Wilkins, président national du Syndicat des agents de correction du Canada, dit qu'il craint que les drones ne commencent à livrer des armes ou des explosifs dans les prisons. (Chris Rands / CBC)

Comment arrêtez-vous un drone?

Le SCC n'a toujours pas répondu à une question: comment arrêter un drone une fois qu'il est détecté?

Sauvé a déclaré à CBC / Radio-Canada que certaines entreprises et organisations utilisent des filets, des drones d'attaque et même des aigles pour intercepter des drones prédateurs – mais il n'est pas convaincu que ce sont des options pratiques.

Il y a toujours un risque qu'un drone intercepté tombe du ciel et blesse un détenu ou un membre du personnel, a-t-il déclaré.

Pour le moment, a indiqué M. Sauvé, le ministère fédéral se concentrera sur l'identification des intrusions aériennes et l'utilisation de ces informations pour limiter l'accès des détenus aux zones de débarquement et cibler les patrouilles dans les prisons et dans les cellules.

« Nous allons nous assurer d'avoir un système qui fonctionne », a déclaré Sauvé. « Et une fois que nous serons satisfaits de cela … il y aura plus de décisions dans le futur. »

Le projet pilote se terminera en mars 2023 et un examen sera effectué pour déterminer le meilleur moyen de déployer une solution nationale.

David Thurton de CBC peut être contacté sur Facebook, Gazouillement ou écrivez-lui à david.thurton@cbc.ca.


Bulletin hebdomadaire de CBC Politics, Canada Votes

Obtenez des analyses de notre bureau parlementaire alors que nous comptons pour les élections fédérales. Livré dans votre boîte aux lettres tous les dimanches soirs, puis quotidiennement pendant la campagne. Inscrivez-vous ici.

Source by [author_name]

9.2 AAP MTM Advertisements:

David Thurton

0 Comments

No comments!

There are no comments yet, but you can be first to comment this article.

Leave reply

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent laisser un commentaire.